spot_img

El clan familiar de France Gall (Presse) Espagne 🇪🇸

L’article retranscrit et traduit*

Article en langue espagnole paru dans le magazine Garbo. : El clan familiar de France Gall (Presse) Espagne 🇪🇸

Le clan familial de France Gall

En voyant la minuscule France Gall, 1’53m de taille et 42 kilos, personne n’aurait dit qu’elle était destinée à devenir une idole de la chanson, cependant, même si sa carrière n’est peut-être pas si spectaculaire que celle d’une certaine Sylvie Vartan ou d’une certaine Françoise Hardy, il est certain que France avance d’un pas sûr et ferme.

À 18 ans et demi, car elle ne fêtera pas ses 19 ans le 9 octobre, France reste souvent parmi les dix premières places du « hit-parade » français. Sa chanson « Sacré Charlemagne » est devenue l’hymne national de la jeunesse dans plusieurs pays ; aux États-Unis on ne cesse de la chanter, les « boy-scouts » de Nebraska et du Vermont fredonnent la chanson pendant ses longues courses ; elle a été même traduite en seize langues.

 Au Japon, France Gall est la reine ; son disque « Poupée de cire » a devancé les Beatles dans le « hit-parade » pendant plusieurs mois d’affilé ; c’est pour cela qu’elle décida de faire une tournée passant par les principales villes japonaises ; de cette manière ses admirateurs pourraient l’écouter. France s’est armée de courage et a préparé un tour de chant qui dure deux heures et demie ; un spectacle qu’elle a présenté à Tokyo, Sendai, Osaka et Nagoya ; des grandes salles, des énormes scènes et au centre une petite figure à travers laquelle sorte une voix enfantine qui enthousiasme des milliers de spectateurs. Quand elle aura fini sa tournée nippone, court retour en France pour partir immédiatement vers la Belgique, où elle participera aux “Fêtes de la Bière et du Folklore”, aux côtés de Jacques Brel, Adamo et les Rolling Stones. En juillet elle revient en France pour chanter dans plusieurs villes et ensuite elle part à Londres pour enregistrer un disque et faire une télé ; puis elle ira en Tunisie. L’emploi du temps de France Gall est interminable, même elle ne le sait pas ; la seule chose qu’elle sait c’est qu’elle passe sa vie allant d’un côté à un autre, infatigable, heureuse parce qu’elle fait ce qu’elle aime, parce que le public l’accueille avec sympathie. La petite France, n’a jamais reçu de tomates comme Sylvie, ni des sifflets ; sa carrière n’as pas connu d’incident désagréable ; elle a toujours été aimée, gâtée, adorée : en résumé, une fille avec de la chance.

Mais la chance a besoin d’un coup de main, et en cela son petit clan familial a contribué. Parce que les réussites de France sont celles de toute la famille Gall. Son père, comme vous tous le savez, est auteur de chansons à succès telles que “La mamma”, “À bientôt nous deux”, connue grâce à Hugues Aufray, “Les rubans et la fleur” et « Sacré Charlemagne » ; et a contribué de façon définitive à la carrière de sa fille. Philippe et Patrice, les frères jumeaux qui ont un an et demi de plus que France, jouent de la batterie et de la guitare. Philippe intervient de manière décisive aux activités professionnelles de sa sœur ; il s’occupe des sons, des micros, de ses rendez-vous avec les journalistes, il prépare avec elle toutes les émissions de radio et de télévision ; ses tours de chant, ses programmes, son répertoire. Patrice étudie les mathématiques, et même si son rapport à la vie professionnelle de France n’est pas si direct, il a toujours son choix ; son opinion est toujours réclamée, on lui demande des conseils, on répète en sa présence. C’est précisément maintenant qu’il a fait sa parution dans le monde de la chanson en écrivant “Le temps de la rentrée” pour elle.

Celui qui tient le tempo est Robert Gall, le père de France, qui l’accompagne partout, veille pour ses intérêts artistiques et économiques, et investit les bénéfices de sa fille de la façon la plus convenable. C’est lui qui l’avait encouragée à chanter en 1963. Au début, la mère n’était pas très enthousiaste pour la carrière artistique de France, mais elle n’a pas mis beaucoup de temps pour comprendre que c’était ce que France pouvait faire de mieux car cela lui plaisait. Elle est aussi une passionnée de musique.

Au contraire que les coutumes instaurées par les divas et les idoles ; France n’a jamais abandonné sa maison ; elle continue à vivre avec les siens dans un joli et grand appartement.  Aussi bien elle que ses frères ont un salon-chambre et une salle de bain propre ; en réalité un petit appartement où ils peuvent accueillir leurs amis et mener une vie indépendante, cependant restant unis.

La famille est à l’origine de la force de France ; tous veillent pour sa carrière, pour la cadette, et c’est peut-être pour cela que derrière son apparence fragile elle est une des chanteuses les plus fermes et sûres. Elle se sent épaulée par les siens et tient en compte ses observations. Une de ses plus grandes illusions est de débuter au cinéma ; les producteurs lui en ont demandé avec insistance, mais la tribu Gall a considéré que c’est encore trop tôt, qu’elle devait surtout faire plusieurs tournées au Japon, en Amérique du Sud, aux États-Unis, au Canada, tous ces pays où elle connaît une grande popularité ; pour cimenter son prestige, son succès. France a obéi parce qu’elle sait que quand les décisions sont prises en commun, le clan rare fois se trompe. La réussite atteinte grâce à sa tournée actuelle au Japon leur a donné raison. Ainsi donc, France attendra le moment convenu pour commencer au cinéma ; elle a beaucoup de temps devant soi.

France Gall – qui a fait une tournée artistique à travers le Japon, où sa chansons “Poupée de cire” a eu un succès sensationnel – partage la joie de la réussite avec sa famille. Elle a d’ailleurs trouvé et trouve dans le foyer le ressort qui l’a propulsée vers la célébrité. Son père est auteur de l’inoubliable chanson “La mamma”, et ses frères Philippe et Patrice, jumeaux, s’occupent de ses intérêts commerciaux et artistiques. Philippe est celui qui exerce le plus d’influence sur les activités professionnelles de France. La chanteuse n’a pas abandonné la maison parentale, où on la voit avec sa mère et ses frères.”

*Traduction : Fanbabou47

Magazine : Garbo (Espagne)
Article en espagnol
Traduction : Fanbabou47
Date : 2 juillet 1966
Numéro : 695

À découvrir

À découvrir