spot_img

Le calvaire de France Gall (Presse) France Dimanche

Opérée en grand secret le 22 avril, elle vient d’être réhospitalisée.

Neuf mois. Neuf mois seulement que la mort implacable, fauchait Michel Berger par un beau soir de vacances. Le 2 août 1992, il tombait, foudroyé à 44 ans par une crise cardiaque, laissant France Gall, sa femme, son amour, seule avec leurs deux enfants, Pauline, 14 ans, et Raphaël, 12 ans.

Aux obsèques, mère-courage, France avait bouleversé chacun par sa dignité, fragile silhouette blonde, serrant sur son cœur ses deux petits éplorés. Puis, France avait disparu. Elle s’était entourée de silence et de mystère pour tenter d’engourdir sa terrible douleur.

Et voici que, aujourd’hui, le destin s’abat une seconde fois sur France. Tandis qu’elle tentait de surmonter le drame qui lui déchirait le cœur, un autre fléau rongeait sournoisement sa chair : le cancer. Cette terrible maladie dont de plus en plus de médecins disent qu’un choc psychologique profond, tel un deuil, peut déclencher le développement …

Ce cancer, France l’a caché dix-huit jours à tous ceux qu’elle aime, espérant de toutes ses forces qu’une intervention chirurgicale rapide suffirait à endiguer le mal. Mais, après avoir été opérée en secret le 22 avril, France a dû être réhospitalisée le 10 mai dernier. Les médecins ont jugé qu’elle devait suivre sans attendre un long traitement : deux mois de chimiothérapie. La mort dans l’âme, elle a dû annuler les concerts qu’elle devait donner en juin à Bercy … en souvenir de Michel.

Quel coup terrible pour cette jeune femme qui a déjà tellement souffert I Quel coup injuste et tragique. Voici qu’après avoir perdu leur père, Pauline et Raphaël devaient maintenant trembler pour la vie de leur mère.

Et dire qu’elle croyait avoir surmonté le plus douloureux. Que la vie recommençait, même -st depuis la mort de Michel, France savait qu’elle ne serait plus jamais la même.

Et puis, il y avait ce grand rendez-vous de Bercy. Depuis des mois, France ne vivait plus que dans l’idée de ce retour sur scène. Il était devenu sa raison de vivre. Grâce à lui, elle avait peu à peu réussi à surmonter son chagrin.

Michel et elle avaient projeté de monter ensemble pour la première fois sur scène au printemps 1993. La grande salle du Palais Omnisport de Paris-Bercy avait été retenue longtemps à l’avance. Eh bien, France relèverait le défi. En mémoire de Michel, elle chanterait seule les chansons qu’ils avait composées pour eux.

Dès lors, France n’a eu de cesse de préparer ce grand rendez-vous de l’amour. Elle est sortie de son silence, a retrouvé les musiciens, les répétitions, les studios.

De jour en jour, c’est à une véritable renaissance à laquelle on a assisté Pauline et Raphaël qui, au début, ne croyaient pas leur mère assez forte pour mener un tel combat ont été subjugués. France revivait sous leurs yeux.

“Je n’ai plus peur de rien”, confiait-elle le 15 avril dernier à notre confrère “Paris-Match”. Comme si, en partant, Michel m’avait légué sa force.

Hélas, quelques jours plus tard, c’était le drame. Les médecins décelaient une grosseur à la poitrine de France : il fallait l’opérer d’urgence.

Une fois encore, ce petit bout de femme, d’apparence si fragile, a fait preuve d’un courage extraordinaire. En grand secret, elle s’est rendue dans un hôpital parisien. Et là, le 22 avril dernier, l’intervention a eu lieu. Les chirurgiens ont retiré la tumeur. Une tumeur qu’ils ont qualifiée de « maligne mais de bon pronostic ».

Lutter, lutter, lutter, tel a alors été l’unique pensée de France. Et pendant dix-huit jours elle s’est battue pour cacher son cancer à ceux qu’elle aime. Quoi qu’il arrive, elle trouverait la force de retrouver son public à Bercy en juin. Elle triompherait de sa maladie.

Avec courage, elle s’est alors accrochée au travail comme pour oublier plus vite le reste … Le 5 mai dernier, encore fragile après son opération, France a réussi un véritable tour de force, une première dans l’histoire de la chanson française.

Sur la scène du Théâtre de Paris, elle retrouve les quatre fidèles musiciens de Michel Berger, Serge Perathoner, Jannick Top, Denis Lable et Claude Salmieri. Elle retrouve aussi deux fidèles amis : Renaud Hantson et Marc Lavoine. Et là, en un après-midi, ils enregistrent tous ensemble « Mademoiselle Chang », la célèbre chanson de Michel. La voix de France, fraîche et acidulée, est intacte, superbement posée, elle semble voler sur le rythme imposé par les musiciens. Renaud et Marc, eux, font les chœurs.

Dans la salle, tout le personnel de Ia maison de disques est là. Et parmi eux, au premier rang, un petit bonhomme incroyablement attentif, un gamin dont les grands yeux brillent d’émotion et d’admiration : Raphaël.

En un rien de temps, « Mademoiselle Chang » est enregistrée, parfaite. Et dans la nuit même, le disque est gravé. Dès le lendemain matin, on peut l’entendre sur toutes les radios : il annonce le grand lancement du prochain spectacle de Bercy.

Mais c’est dans sa chambre d’hôpital que France s’entend chanter. Car, sitôt l’enregistrement fini, elle a dû y retourner. Pour combien de temps ? Le moins possible.

Envers et contre tous, France s’accroche à l’espoir d’être rétablie pour le 1er juin. Elle va ainsi lutter en vain pendant cinq jours.

Hélas, le 10 mai, elle doit se rendre à l’évidence : il lui faut renoncer. Les médecins qui jusque-là l’avait laissée s’accrocher à son fol espoir, lui avouent que jamais elle n’aura la force de remonter si vite sur scène. Pire, ce serait mettre définitivement sa vie en péril.

Pourtant, France la courageuse ne s’avoue pas vaincue pour autant. Elle en est sûre : elle surmontera cette épreuve comme elle a surmonté les autres.

Plus lucide et plus combative que jamais, France s’est fixé un nouvel objectif : elle triomphera de sa terrible maladie et elle retrouvera comme promis son public à Bercy. D’ores et déjà des dates ont été retenues. Ce sera les 10, 11, 12, 21, 22, 23 et 24 septembre prochains.

D’ici là, France devra continuer de subir sa chimiothérapie. A l’heure qu’il est, elle est à nouveau hospitalisée et supporterait difficilement le pénible traitement. Les radiations pour détruire toutes cellules cancéreuses à son sein ont entraîné une douloureuse ankylose de son bras.

Mais France continue de lutter courageusement et, dès l’automne, elle retrouvera la scène. Elle se l’est promis, elle l’a promis à Pauline et Raphaël. Elle l’a promis, au fond de son cœur, à Michel. Michel qui de là-haut veille sur elle et continue de lui donner sa force face à la malédiction.

France Dimanche
Par Bruno Samson
15 mai 1993
Numéro : 2437

Les photos

À découvrir

À découvrir