spot_img

France Gall : à nouveau elle parle d’amour

Les photos

L’article

Après plusieurs mois d’absence, France Gall est de retour.

Exilée depuis presque un an aux Etats-Unis et plus précisément à Westwood, un quartier résidentiel de Los Angeles où elle vivait avec ses enfants, la chanteuse préparait un nouvel album, simplement intitulé France.

Près de quatre ans après la disparition de son mari, un après-midi d’août 1992, elle nous offre une nouvelle version de treize des plus belles chansons de Michel Berger. Plus haut, le premier extrait de cet album magique, fait déjà un tabac sur toutes les ondes. Et c’est en Suisse, au bord du lac Léman, qu’elle a tourné le clip de cette chanson, sous la direction de Jean-Luc Godard.

A 49 ans, poupée de cire renaît à la vie ! Forte de ses convictions, endurcie par les terribles épreuves qu’elle a traversées, c’est une femme métamorphosée, prête à assumer sa nouvelle existence qui nous revient. Belle et radieuse, à nouveau elle parle d’amour.

Bien sûr, Michel n’est plus là. Bien sûr, elle n’oubliera jamais ces dix-huit années de bonheur passées au côté du compositeur de Comment te dire adieu, et Elisa. Malgré tout, la vie continue et aujourd’hui, France a enfin retrouvé le sourire.

Après des mois de chagrin, de détresse et d’amertume. Après de longues nuits blanches à refuser d’admettre cette mort injuste qui lui a arraché brutalement l’homme qu’elle aimait, France a fini par refaire surface. D’ailleurs, comment pourrait-il en être autrement ? Michel ne la surnommait-il pas “sa petite réaliste optimiste” ? Non, France n’est pas femme à s’apitoyer trop longtemps sur son sort. Avec cette rage de vivre qui la caractérise si bien, elle a su vaincre la mort et la maladie et se réconcilier avec le présent.

Un présent qui désormais se fera sans Michel, mais dont il ne sera jamais absent puisqu’il lui a légué le plus beau des témoignages d’amour : ses chansons, ses mots à lui, ses déclarations. Alors, France s’est donnée une tendre mission. Perpétuer sa mémoire en interprétant ses plus beaux morceaux. “Je le devais aussi à mes enfants, ajoute-t-elle, ils sont tellement fiers de leur père.”

En se consacrant à l’œuvre de celui qui – elle le sait – veille sur elle depuis l’au-delà, France ne veut pas oublier : “Je suis maintenant au service de l’œuvre de Michel a-t-elle déclaré. Lui qui m’a appris à vaincre mes peurs, à exister, à résister. Lui qui fut la première personne à m’écouter quand j’avais vingt-cinq ans. Entre nous, il y avait un équilibre magique. Michel est en moi, il le sera toujours.”

Mais attention, en aucune façon France ne veut vivre dans le passé, survivre dans le souvenir. Même si Michel reste toujours présent dans son cœur, poupée de son a tourné la page.

Pour ses enfants, Pauline, qui a dix-sept ans et Raphaël, qui en a quatorze, France ne veut plus jamais se laisser aller au désespoir et à la nostalgie.

Il n’y a plus de place pour la tristesse dans ses yeux. Elle n’a plus le temps de regarder en arrière. Maintenant, ce petit bout de femme au tempérament de fer va de l’avant, sans penser aux douloureuses épreuves d’hier.

Cet exil aux Etats-Unis, n’était-ce pas pour elle la meilleure façon de respirer et aussi de faire le point ? “Lorsque je me suis retrouvée seule, déclarait-elle au journal France Soir, j’ai été complètement déstabilisée. Avant, je m’étais toujours reposée sur Michel. Je me laissais porter, j’avais une confiance absolue et, ainsi, je pouvais m’occuper de toute la famille, vivre, recevoir, partir. Et puis, soudain, tout a été remis en question. Il a fallu que je grandisse, que je sorte de l’enfance, que je me replace dans la vie. Grâce à l’amour et à la musique, j’ai retrouvé une certaine forme de bonheur.”

Désormais, France Gall évoque une autre vie. Dépassée cette image de veuve inconsolable. Son existence a repris son cours, pleine de projets … “Je ne me réveille plus en pleurant, le matin. Je veux encore pouvoir me réjouir”, avoue-t-elle. Oui, elle veut rire, profiter de l’existence, aller de l’avant et, pourquoi pas, aimer ?

D’ailleurs, dans le magazine Elle, n’affirmait-elle pas récemment : “Je suis sûre que je vais vivre une histoire ou des histoires d’amour, je l’espère, je suis prête. Je ne vois pas pourquoi ma vie de femme devrait s’arrêter. Le jour où je serai sûre d’aimer, les gens qui me sont proches seront les premiers informés.”

Amoureuse, notre petite France Gall ? Un autre homme ferait-il déjà battre son cœur ? Il est sans doute encore trop tôt pour l’affirmer. En tout cas, sereine et épanouie, confiante en l’avenir, elle vient d’entamer un nouveau départ. Et avec quelle énergie !

Un micro dans la main et elle oublie les souvenirs douloureux. Un salle de concert entière qui l’acclame et la voilà qui se sent chavirer de plaisir. France n’a plus peur, elle ne redoute plus les caprices de ce destin qui lui a été si souvent fatal. Elle a la force d’exister par elle-même.

Elle a encore beaucoup de choses à prouver, bon nombre de bonheurs à découvrir. Surtout, elle a toute la vie devant elle ! Alors, laissons faire l’avenir. Le ciel lui sera clément puis qu’elle est faite pour aimer et être heureuse.

Stéphanie Lohr

Magazine : Ici Paris Magazine
Date : 10 au 16 avril 1996
Numéro : 2649

À découvrir

À découvrir