spot_img

La musique de Michel va plaire aux Américains

Les photos

L’article

Elle songe à faire interpréter les chansons de son mari par Mariah Carey ou Whitney Houston

TÉLÉ STAR : En novembre, on vous découvrira à l’Olympia pour la première fois.

FRANCE GALL : Au départ, mon passage sur scène était prévu pour plus tard. Mais je ne pouvais pas attendre trop longtemps pour faire mon métier. Et comme l’Olympia était libre … Je sais que mon public n’aime pas me voir de loin. Ce sera donc mieux qu’à Bercy où j’avais l’impression de manœuvrer un bateau trop gros pour moi !

Vous vous saviez capable de tout contrôler et même de produire votre dernier album enregistré aux Etats¬Unis?

J’ai appris par la force des choses. Je ne pensais pas pouvoir diriger une séance avec des Américains, en parlant très peu la langue et en n’ayant jamais produit un disque. Mais pour obtenir ce que je voulais, il fallait que je m’y mette.

Comment les Américains ont-ils réagi à la musique de Michel Berger?

Ils ne la connaissaient pas et ils l’ont adorée.

Vous pourriez donc réussir aux Etats-Unis ?

Pour moi, c’est impossible. Mais je suis persuadée que la musique de Michel va plaire là-bas. Je songe à produire un disque de ses chansons interprétées par des artistes américaines comme Mariah Carey ou Whitney Houston.

Vous aimez ce qu’elles font?

Toutes ces filles sont très bonnes au début puis elles se laissent écraser par leur technique vocale. Moi, je chante beaucoup moins bien, donc je ne suis pas écrasée !

N’avez-vous jamais songé à écrire vous-même des chansons ?

Savoir écrire est un don que je n’ai pas. Et comme j’aime faire les choses bien …

Est-ce que les chansons de Michel Berger ont permis de vous exprimer totalement ?

Il n’écrivait jamais sur le bonheur, il trouvait ça mièvre. Quand il parlait de moi dans une chanson, c’était sous un jour très sensible. Alors les gens ne le savent pas, mais je suis une fille tordante. Attention, je ne fais pas dans le comique troupier mais j’aime les gens drôles.

Pourquoi ne pas devenir comédienne ?

Je n’ai pas envie de jouer un personnage, être quelqu’un d’autre.

Avez-vous déjà pensé changer de métier?

J’ai essayé à deux reprises, en vain. La première fois c’était au début des années 70, avant de rencontrer Michel Berger. Mais j’étais déjà connue et, vous savez, la célébrité vous empêche de changer de route. On vous reconnaît. Dans les années 80, j’ai failli ouvrir une galerie de peinture mais Michel m’a dissuadée. Il avait raison, j’ai plus d’expérience dans la musique ! Et puis la chanson, ce n’est pas la mine !

Il y a dix ans, vous affirmiez ressentir un malaise à entrer dans la seconde partie de votre vie. Quel sentiment éprouvez-vous désormais?

J’ai beaucoup changé. Aujourd’hui, je démarre une vie sans le poids écrasant du mariage et des enfants. C’était mon idéal comme celui de la plupart des femmes, je crois. Je l’ai fait, c’est une lourdeur en moins!

Ça vous est facile d’être maman ?

Je suis une mère formidable pour les enfants de moins de 10 ans. Les bébés, c’est mon truc. Après, ce devait être à Michel de prendre le relais … Je ne sais plus faire puisque je n’ai pas eu d’adolescence. Alors j’apprends peu à peu. Mais je crois que mes enfants sont contents de m’avoir pour mère.

PROPOS RECUEILLIS PAR OLIVIER CABRÉRA

Magazine : Télé Star
Date : Juin 1996
Numéro : 1030

À découvrir

À découvrir