spot_img

Frappée par une terrible douleur (Presse)

L’article Retranscrit

France Gall : Longtemps, elle a tenu bon. Longtemps, elle a puisé encore un peu de courage dans son cœur meurtri.

Longtemps, elle a tenu bon. Longtemps, elle a puisé encore un peu de courage dans son cœur meurtri. Des forces qu’elle ne soupçonnait même pas, mais qui lui ont permis de tenir le coup pendant huit mois.

Les plus sombres mois de son existence. Car, depuis la mort de sa fille Pauline, survenue le 16 décembre 1997, France Gall a dû mener une lutte sans merci contre elle-même, pour étouffer son chagrin.

Il n’y a pas de mots pour décrire la douleur de cette mère foudroyée par la disparition précoce de sa fille chérie, emportée par la mucoviscidose quatre semaines après avoir soufflé ses dix-neuf bougies …

Si, depuis, France s’est efforcée de relever la tête, c’est pour son fils Raphaël, 18 ans. Pouvait-elle se permettre de craquer devant lui, le survivant de la famille, le dernier amour de sa vie ? Non, ça, elle se l’est interdit. Parce que Raphaël a besoin de tout le soutien de sa mère pour surmonter sa propre peine. Orphelin à 12 ans quand Michel Berger a disparu, il est séparé cinq ans plus tard, à jamais, de sa grande sœur tant aimée, si complice … France a donc veillé à lui donner à chaque instant sa tendre affection. En retour, Raphaël a essayé, du mieux qu’il pouvait, de la réconforter. Pendant huit mois, mère et fils ont fait bloc pour s’en sortir, unis dans le deuil de leur Pauline, si fragile, si belle.

Hélas le temps, loin de cicatriser les blessures de France, n’a fait qu’augmenter sa souffrance intérieure. Et là, soudain, à la veille de la date fatidique du 2 août, elle a pris une déchirante décision. Les autres années, à la même époque, elle avait trouvé la force de retourner dans la demeure familiale de Ramatuelle, cette maison du bonheur qu’elle avait fait construire avec Michel. Ironie du destin; « La Grande Baie » est devenue la maison du malheur, ce fameux soir d’août 1992 quand Michel s’est effondré sur le court de tennis, terrassé par une crise cardiaque à l’âge de 44 ans.

Pour Pauline et Raphaël, France avait trouvé le courage de revenir avec eux là-bas. Michel l’aimaittantleur villa ! Que de moments heureux ils ont savourés là, tous les quatre ou juste en couple ! Aux yeux de France, les vacances à« La Grande Baie», ce sont les plus beaux souvenirs de la passion qui l’a unie à son mari pendant dixhuit ans.

Mais cette année, elle n’a pas eu la force d’aller à Ramatuelle.

Impossible pour elle, en effet, d’affronter le sixième anniversaire de la disparition de Michel, sans le sourire de Pauline. Car, pour la première fois, sa fille au visage d’ange ne serait pas là pour remplir la maison de sa franche gaieté.

France ne se voyait pas toute seule avec Raphaël dans la maison de leur bonheur détruit. C’était trop douloureux pour son cœur de femme et de mère par deux fois brisé.

Aussi, l’interprète de « Résiste ! » a préféré fuir. Elle qui, déjà juste après le décès de Pauline, s’était murée dans son appartement parisien, au point d’inquiéter sérieusement ses proches, a carrément quitté la France.

Le 1er août, emmenant bien sûr avec elle Raphaël, elle a embarqué à Cassis pour une longue croisière de trois semaines. Un équipage restreint, son fils et la mer. Voilà tout ce dont voulait France pour passer le cap de ce si sombre été.

Le bateau est passé par la Corse, où il a fait une brève escale, puis a rejoint la Sardaigne. France espère que ce périple va calmer le chagrin qui la harcèle.

Elle a soif de sérénité et de calme. Le bleu de la mer, la beauté des paysages, le léger bruit des vagues, n’est-ce pas le meilleur moyen de retrouver la paix intérieure ?

Et puis quand elle regarde Raphaël, cet adolescent sur lequel le sort s’est déjà bien acharné, sans doute lui donne-t-il l’envie de sourire à nouveau à l’existence, à l’avenir …

Après avoir croisé le long des côtes italiennes, le bateau ramènera France et son fils sur la côte d’Azur, aux environs du 25 août. À ce moment-là, pas question de faire un saut à Ramatuelle.

Ils regagneront directement Paris. La rentrée ne sera pas très loin. France sera probablement soulagée. Le pire sera enfin derrière eux, cette période terrible qui correspond à l’anniversaire de la mort de Michel.

Hélas, avec l’automne, c’est vers une autre douloureuse épreuve, tout aussi triste, que France et Raphaël se dirigeront : le premier anniversaire de la mort de Pauline …

Magazine : France Dimanche
Par Marc Dalban
Date : 7 au 13 aout 1998
Numéro : 2710

Les photos

À découvrir

À découvrir