spot_img

France Gall a failli y laisser son couple

Les photos

L’article

Quatre millions et demi d’albums vendus à ce jour ! Trois Victoires de la musique …

Depuis 1993, date de la version de « Starmania » dirigée par Lewis Furey, il ne s’est pas passé une saison sans que ce spectacle« rockmantique » n’ait été donné dans une salle de la capitale !

Et depuis sa création en 1979, « Starmania ou la passion de Johnny Rockfort selon les évangiles télévisés » demeure la comédie musicale de langue française de tous les records. La seule à tenir la comparaison avec ses rivales anglo-saxonnes.

À l’occasion du vingtième anniversaire de cette comédie musicale, TF1 propose une soirée spéciale, ce samedi 30 janvier. Seront réunis sur le plateau de Jean-Pierre Foucault une pléiade d’ artistes, dont Muriel Robin en duo avec Maurane, Ophélie Winter et Garou, le Chœur français d’opéra, la cantatrice Françoise Pollet, Liane Foly, Claude Dubois et la troupe de “Starmania 99”, qui se produit au Casino de Paris, jusqu’au 25 avril prochain.

La légende de ce chef d’œuvre reste indissociable d’une exceptionnelle histoire d’amitié. Celle qui a indestructiblement uni Michel Berger et Daniel Balavoine. Amitié née en même temps que “Starmania”, et que seule la mort est parvenue à briser.

“L’amitié entre mon mari et Daniel Balavoine était devenue si forte que j’avais l’impression d’être une pièce rapportée !” a-t-elle raconté avec humour

Tout commence en septembre 1978, un album de vingt-six titres paraît. Il est le fruit d’un rêve né de l’imagination de Michel Berger et du grand auteur Luc Plamondon. Les Québécois Claude Dubois, Diane Dufresne, Fabienne Thibeault sont de l’aventure, ainsi que France Gall. La seule vedette à être connue chez nous. Elle chante “Le besoin d’amour” de Cristal, une présentatrice télé qui plaque tout pour le loubard Johnny Rockfort, interprété par un presque débutant : Daniel Balavoine !

C’est en le repérant à la télévision que Michel Berger a contacté le jeune homme à la voix aiguë de haute-contre. La rencontre des deux hommes tient du coup de foudre, comme l’expliquait France, en 1995, à l’hebdomadaire Gala: “Michel m’a dit: Tu sais, c’est un drôle de personnage. Un type curieux, fou, mais sympa …

Très vite, une complicité visible unit les deux artistes. Une complicité que France explique par une certaine complémentarité : “Daniel était celui qui osait, continue t-elle. Michel possédait une audace artistique, mais dans la vie, il ne se mêlait pas du tout aux autres, il n’était pas sociable. Comme il était plus petit, il se sentait protégé par Daniel, qui était devenu une sorte de grand frère … »

Grand frère, certes, mais leur relation était si intense, portée par l’histoire merveilleuse qu’ils étaient en train de vivre avec « Starmania », qu’elle a débordé sur le couple que Michel formait avec France …

« L’amitié entre mon mari et Daniel était devenue tellement forte que j’avais l’impression d’être une pièce rapportée … », a-t-elle raconté avec humour.

En revanche, à d’autres moments, France ne plaisantait plus du tout. En particulier lorsque Daniel, « Baia » comme il l’appelait, entraînait Michel dans ses drôles d’aventures: “Daniel l’emmenait même draguer ! Ça m’amusait moyennement.”, a encore confié France dans le même magazine.

Et c’est ainsi, dans une ambiance pleine d’un enthousiasme fou, que « Starmania » se monte sur scène, le 10 avril 1979, au Palais des Congrès de Paris. La suite, on la connaît. Un triomphe, un véritable triomphe, et même à l’étranger!

Des effets de cette merveilleuse histoire d’amitié naîtra, en 1985, l’opération humanitaire« Action école», en faveur des petits Africains, dans laquelle se retrouvent Michel, Daniel et France.

Et, quand, l’année suivante, « Bala » meurt tragiquement dans un accident d’hélicoptère au Mali, alors qu’il supervisait une opération d’installation de pompes à eau, en marge du Paris-Dakar, Michel Berger est submergé de chagrin …

“Que dire quand vous perdez votre meilleur ami ?”, confie alors Michel au magazine Elle. Et à France Soir, il avoue aussi: « Il m’est insupportable d’en parler au passé. Car Daniel, c’était la vie, l’énergie et la tendresse en marche …

Sous les coups de gueule, c’était tout le contraire d’un dur. Je me souviens aussi de son premier passage à l’ Olympia avec notre premier duo qu’il avait composé tout spécialement à cette occasion.

France Gall est profondément meurtrie, elle aussi. Elle dira à Gala en novembre 1995: « Michel ne s’est jamais consolé de sa mort. C’était vraiment bouleversant de voir sa peine. Cette disparition a provoqué un manque, un vide immense dans sa vie. »

Fauché en pleine gloire dans sa trente-quatrième année, le chanteur de « Mon fils, ma bataille » laisse alors derrière lui Jérémy, son fiston, qui n’a pas encore 2 ans. Sa femme Corinne est enceinte de leur fille Joanna, qui naît quatre mois plus tard. Les Berger les réconfortent du mieux qu’ils peuvent. ..

C’est par conviction, mais aussi pour honorer la mémoire de Daniel, que France et Michel soutiennent la fondation Balavoine créée en mars 1986. Une association destinée à poursuivre son combat contre la sécheresse au Sahel. ..

Comme on le sait, le 2 août 1992, Michel est à son tour frappé par le destin. À 44 ans, il disparaît, terrassé par une crise cardiaque. Eddie Barclay a le mot le plus juste pour qualifier les talents irremplaçables de « Starmania », que sont Michel Berger et Daniel Balavoine : « Des révoltés remplis de générosité ».

Marc DALBAN

Magazine : France Dimanche
Date : 29 janvier au 4 février 1999
Numéro : 2735

À découvrir

À découvrir