3,883FansJ'aime
860SuiveursSuivre
300AbonnésS'abonner

France Gall, vers un nouveau destin ?

Les photos

L’article

Après de terribles épreuves, France Gall a préféré s’éclipser pour se consacrer au seul être qui lui reste, son fils, Raphaël.

De retour de Los Angeles, elle devrait décider de son avenir professionnel. Et, quel que soit son choix, son public sera toujours à ses côtés.

France, c’est cette voix presque adolescente subtilement ponctuée d’accents jazzy, une voix qui, du yé-yé au rock, a évolué avec le temps et a su s’enrichir, au passage, des rencontres d’artistes exceptionnels. Mais il est vrai qu’avec un père parolier de renommée internationale, Robert Gall, et une mère, Cécile, venue d’une famille d’artistes, la jeune Isabelle – qui n’est pas encore France – a, dès sa naissance, un destin tout tracé.

Chez les Gall, c’est la bohème, on rit et on chante. De nombreux artistes comme Charles Aznavour, pour qui papa a écrit La Mamma, égayent de leurs visites la vie de la maisonnée. Normal que rapidement la jeune Isabelle soit gagnée par le virus de la chanson ! Et ce premier contrat avec Philips, signé le jour de ses 16 ans, c’est un peu pour faire plaisir à son père, mais surtout pour ne pas avoir à redoubler sa troisième ! Rebaptisée France, elle entame sa carrière avec Ne sois pas si bête. Mais son premier vrai succès, elle l’obtient avec Sacré Charlemagne, écrit par son père. La petite France est lancée.

En 1964, elle rencontre Serge Gainsbourg. Pendant quatre années, leur liaison-association va être jalonnée de succès. D’incompréhensions aussi. Poupée de cire, poupée de son lui vaut de remporter en 1965 le grand prix de l’Eurovision. Mais les fameuses Sucettes, la même année, font exploser le malentendu : France, trop jeune à l’époque pour saisir le double sens de ce qu’elle chante, sera mortifiée lorsqu’elle en découvrira le sens: “J’ai gardé de cette époque, confiera-t-elle plus tard, une certaine méfiance vis-à-vis des hommes.” Avec Serge, elle a aussi le sentiment de piétiner. Quittant Gainsbourg, elle croise rapidement la route de Claude François, à qui elle inspire Comme d’habitude. Puis bientôt celle de Julien Clerc.

En 1973, France partage la vie de Julien Clerc. Mais une chanson va changer sa vie: Attends-moi, d’un certain Michel Berger. Elle rencontre l’auteur et lui demande de composer pour elle. Ainsi naît, en 1974, La Déclaration, qui remet France dans la course et scelle le début de leur amour. Ils se marient, et de leur union naissent Ça balance pas mal à Paris, Musique et Si maman si, mais aussi deux enfants : Pauline et Raphaël. La Starmania de Michel fait un malheur. France, qui interprète Donner pour donner avec Elton John, est comblée.

A 34 ans, France Gall a tout pour être heureuse. La gamine des années yé-yé n’est plus qu’un souvenir. La voilà défendant des textes forts comme Résiste, se lançant de nouveaux défis sur scène et gérant de manière avisée sa vie publique. De nouveaux tubes (Cézanne peint, entre autres) et de grandes salles vont se succéder jusqu’au fameux rendez-vous du Zénith en décembre 1987 où France fait un triomphe. “J’avais le sentiment d’être allée au bout de quelque chose, au bout de ma carrière artistique.”

Brutalement, elle décide alors de tout arrêter. Cependant, c’est oublier un peu trop vite l’immense talent de Michel, qui compose l’album Double Jeu. Ainsi, France se laisse tenter. Puis vient l’été 1992. Le couple, qui doit se produire dès la rentrée à La Cigale, à Paris, file se ressourcer dans sa villa de Ramatuelle. Michel s’offre chaque soir une partie de tennis. C’est là, sur le court, le 2 août à 20 heures, qu’il est pris d’un malaise cardiaque. Comme la douleur s’est estompée enfin, il décide de prendre un bain. Mais un nouveau malaise l’y surprend. France appelle le médecin, puis le Samu. En vain. La nouvelle de sa mort est annoncée le lendemain à 11h30. Le 6 août, lors d’une émouvante cérémonie, France laisse l’homme de sa vie au cimetière de Montmartre.

La chanteuse puise en elle des forces insoupçonnées. Il le faut : pour elle d’abord, mais surtout pour les enfants. Surmontant son chagrin, elle décide de reprendre seule le spectacle qu’elle devait faire avec Michel. Rendez-vous est pris à Bercy au printemps 1993. Mais, nouveau coup du sort, alors que toutes les places sont vendues, elle doit y renoncer. Il lui faut garder toutes ses forces pour se battre contre ce cancer du sein que les médecins viennent de découvrir.

Sortie vainqueur de la bataille, elle fait en septembre de cette même année son retour à Bercy. Le public lui réserve un accueil extraordinaire. On la reverra ensuite à Pleyel, puis à l’Olympia, toujours avec le répertoire de Michel. “Il me reste cette musique, dit-elle, et je sais maintenant ce que je dois faire.”

Le 26 avril 1997, elle annonce dans une interview au journal le Parisien qu’elle va arrêter de chanter Michel Berger. L’heure est à la réflexion, au repos, aux enfants, à Pauline, surtout, qui est malade. A l’âge de 19 ans, Pauline rend les armes, succombant à la mucoviscidose. Après avoir tenu bon face à tant de drames, France demande grâce.

Bruno Lecoq

Pour son chorégraphe, Steevy: «France, c’est Captain Courage»

Danseur, Steevy a travaillé avec France Gall sur ses trois derniers spectacles. Et, pour nous, il lève un coin du voile sur celle qu’il considère comme une amie.

Nous Deux : Quelle femme est France Gall ?

Steevy : C’est une battante. C’est aussi quelqu’un de très entier, qui sait exactement ce qu’elle veut. En public ou en privé, France reste la même. Cette femme, c’est Captain Courage.

Pensez-vous qu’elle va continuer la chanson ?

Je n’ai pas à répondre à sa place ! Je pense que la chanson, c’est sa passion. Je ne sais pas si on peut tirer un trait comme ça sur une passion … Ce que je peux dire. c’est que pour l’instant son fils, Raphaël, est son unique priorité.

Evoque-t-elle parfois Michel Berger ?

Forcément, c’est le père de ses enfants. Moi, je n’ai pas connu Michel Berger et je n’en parle jamais personnellement avec elle. Ce dont je suis sûr, c’est qu’il reste sa principale référence dans le travail.

Magazine : Nous Deux
Date : 26 octobre au 1er novembre 1999
Numéro : 2730

À découvrir

France Gall Collection est sur YouTube

France Gall en vidéo

À découvrir