spot_img

France Gall, la plus féministe de nos chanteuses

Du 14 au 20 avril, théâtre des Champs-Élysées Made in France

Pour les Parisiens, c’est avec un grand étonnement qu’ils ont appris le retour sur scène de France Gall.

En effet, cela fait un bail que l’on n’avait pas vu la petite silhouette blonde de l’interprète de « Poupée de cire, poupée de son ».

C’est afin de prouver aux nombreux acheteurs de ses disques que ses possibilités allaient au-delà du play-back télévisé que France Gall, très solidement épaulée par son compositeur de mari, Michel Berger a monté au théâtre des Champs-Élysées « Made in France », un spectacle essentiellement féminin.

Le rideau se lève sur un orchestre composé de onze musiciennes venues des Etats-Unis, d’Angleterre, d’Australie et de France, ainsi que trois choristes, le tout disposé dans un beau coffret en lamé argent. France entre en scène vêtue d’un pantalon rouge, chemisier blanc, orné d’un nœud papillon rouge.

Elle est très agréablement accueillie. Ces demoiselles de l’orchestre s’en donnent à cœur joie sur l’introduction de « Musique », notamment la guitariste qui a tendance à couvrir ses petites copines. France, tout au long de son show interprète uniquement ses nouvelles chansons.

Elle s’en sort bien, esquissant par moment quelques pas de danse, entourée de trois danseuses, le tout réglé par Amadéo. Puis elle nous présente les deux seuls éléments mâles du spectacle, fort mal accueillis notamment par les spectatrices.

Il faut dire que « Les Étoiles », puisque c’est leur nom n’ont rien de très masculin. La soirée continue sur une musique de Bach, très joliment interprétée par les cordes, en hommage à la femme de ce grand compositeur. France n’a pas l’air mal à l’aise sur scène après ses nombreuses années d’absence. Un bon spectacle d’un peu plus d’une heure et demie. Souhaitons-lui bonne chance.

Magazine : Salut !
Par Daniel Moyne
Date : 25 avril 1978
Numéro : 51

À découvrir

À découvrir